#2 - Pourquoi ?

Vous saurez tout et verrez tout. Bienvenue au 184 nouveaux :)

Bonjourrrr !!!!

Pour les 184 qui nous ont rejoint depuis jeudi, vous pouvez lire ce que j'avais expliqué la semaine dernière avec les 2 RDVs de la semaine, le mardi et le jeudi.

Aujourd'hui, je vous parle de la création de l'apprenti, du nom, du podcast et des idées qui ont émergé ces derniers mois.

Je vous dévoile les premiers résultats chiffrés… qui ne sont pas trop mauvais.

Alleerrrrr c'est parti.

Pour s’abonner, c’est ici (au cas où !)

L'histoire, comment m'est venue cette idée ?

Commençons par le commencement.

Comment m'est venue cette idée de raconter des histoires.

Je me suis mis à écouter des podcasts et notamment des podcasts sur l'histoire depuis déjà quelque temps.

J'ai fait le classique Franck Ferrand mais j'ai aussi commencé à écouter "Affaires sensibles" de France Inter. Un podcast de 45 mn sur des histoires peu ordinaires.

J'ai toujours adoré une bonne histoire.

J'ai notamment été marqué par mon instituteur de CM1, Mr Louessard. Un type tout en rondeur qui nous racontait l'histoire de France avec passion.

J'adorais tellement ses histoires que je me plongeais dans les livres d'histoire, je lisais avidement.

C'est ce qui m'a donné mon amour pour les livres.

Puis le temps est passé, j'ai perdu cet intérêt.

Depuis quelques temps, je m'y suis remis. Je m'y plonge avec délectation notamment les magnifiques biographies de Stefan Zweig (celle sur Magellan est captivante).

Puis j'ai rencontré un ami en octobre qui m'a raconté qu'il s'appuyait sur l'histoire pour expliquer la négociation en entreprise et notamment de célèbre exemples de négociation.

La conférence de Yalta entre Staline, Churchill et Roosevelt est un des cas qu’il a présenté chez L’Oréal il y a quelques mois.

Il en fait des études de cas qu'il vend à des entreprises en conférence, webinars et formation. Il en a même fait un livre (coucou Eric Le Deley).

Ça a été le déclic.

Et si je faisais la même chose avec des histoires d'entrepreneurs ?

Et si je faisais le lien entre histoire et entrepreunariat.

Il faut le dire, il n'y a pas grand chose.

J'ai découvert le projet de Benjamin Chaminade, Startup Autopsy sur Uber et sa création en version podcast. Mais il n'est pas allé plus loin.

Trop de travail comme il me l'a expliqué et ça prend un temps de dingue.

Il y a aussi Guerre de Business, la version américaine de Business Wars.

Mais Il y a peu de concurrence sur le sujet et notamment sur la version podcast.

Les interview d'entrepreneurs, il y en a pléthore.

C'est souvent redondant et je commence à m'ennuyer.

On a perdu la fraîcheur.

Je me suis donc dit, GO.

Novembre et décembre: le pilote et les tests

Avec mes parents, sur la route des vacances, on se mettait la radio avec les histoires de Pierre Bellemare.

Oui je sais, j'ai 45 ans 😉.

J'ai donc imaginé, rêvé de faire un podcast aussi intéressant qu'une histoire de Pierre Bellemare.

J'ai vite vu que ce n'était pas le bon modèle car une histoire criminelle implique des sujets de vie et de mort que la vie des entrepreneurs et entreprises ne peut pas avoir (à quelques exceptions).

Je me suis donc lancé sur un 1er pilote sur Xavier Niel car je voulais commencer par des entrepreneurs français... je ne voulais pas vous servir la soupe "Steve Jobs" vue et revue.

La 2e raison pour mon choix est il y avait des biographies sur Niel et je pourrais m'appuyer sur ces bios.

J'ai donc lu 50 articles, 2 livres, regardé des dizaines de vidéos sur Youtube.

Puis j'ai commencé la synthèse et acheté du matériel audio.

Me voici en plein tournage.

Tout est fait maison.

J'ai donc passé au total presque 1 semaine entière à bosser sur la synthèse, la lecture, le visionnage.

Ouhhahahahahha

Je ne m'attendais pas à ça en terme de boulot. C'est vraiment dense.

Tout ça pour 30 mn de podcast !!!

Je me moque de ceux qui posent un micro et qui font simplement des interviews... mais dans quoi je me suis embarqué !!!

Puis J'ai trouvé un monteur sur fiverr avec lequel j'avais bossé à l'Ecole du recrutement.

Coucou Gaëtan.

J'ai aussi bossé avec une spécialiste de l'audio qui m'a fait les premiers retours.

J'en ai fait une check-liste indispensable et quelques améliorations supplémentaires.

(il faut se mettre la photo de quelqu’un en face pour s’imaginer en train de lui raconter une histoire…)

Et donc après un retournage complet et une 1ère ré écriture, on est arrivé à ce 1er épisode.

Le podcast n'est évidemment qu'une brique dans toute ma stratégie.

Mais c'est la 1ère brique indispensable.

J'ai donné de la voix :).

Nom et logo, une histoire de voix et d'apprendre

J'ai pris le problème à l'envers me direz-vous.

Pas vraiment.

J'ai surtout commencé par quelque chose qui me faisait vibrer (les histoires) et je construirai autour.

C'est le plus important.

Un sujet, un projet qui m'anime pour pouvoir durer.

Le reste suivra.

D'abord le nom.

L'apprenti, est un nom que j'avais déjà réservé depuis des mois déjà.

Il était disponible (un nom comme ça de dispo, j’ai sauté dessus !) et me correspondait parfaitement.

Je me sens un éternel apprenti. J'aime apprendre.

C'est aussi ce que je voulais y mettre.

J'y ai collé 3 valeurs essentielles écrites dans un taxi au Portugal:

  • Simplicité

  • Profondeur

  • Inspiration

Une fois que j'avais ça en tête, j'ai travaillé sur un logo qui respectait à minima ces 3 éléments.

Voici la 1ère version du logo imaginé, je voulais un logo très sobre avec une idée de livre... bon c'était bien raté.

Puis j’en ai essayé un second… toujours raté selon Gaëlle (pour ceux qui ne la connaissent pas encore, Gaëlle, c’est ma femme, un personnage que vous retrouverez régulièrement dans mon histoire).

Puis j'ai pensé à la voix.

La voix pour moi est importante et d'ailleurs j'ai commencé des cours de chant depuis septembre.

On a mis un arbre dans un micro et ça marchait pas mal.

Simple, épuré.

Blanc sur fond noir.

Pareil, je me suis appuyé sur le site où pour 10 euros, on peut avoir de petits services Fiveer ou la version française 5euros. On peut tout faire pour vraiment pas cher.

Quand on n'a pas d'argent comme moi à ce moment-là, c'est bien pratique pour tester.

Donc logo, nom et 1er podcast, il ne manquait plus que le site à préparer pour le départ.

Le site : simplicité et capter des mails

Une de mes priorité avec le site, SIMPLE.

Je voulais quelque chose de simple.

Peu d'onglets, des textes directs et simples.

Des URL simplifiés.

Des noms simples.

La newsletter = la lettre

Le podcast = le podcast

Les articles directement sur la Homepage.

J'ai donc construit un brief en conséquence avec une idée centrale en tête, je dois développer une liste email de personnes et donc capter des mails.

Et là, je dois remercier Pierre-Luc Hertzog qui a accepté de bosser avec moi sur ce projet.

PL (pour les intimes) est le designer et maintenant product owner à l'Ecole du recrutement et il a un réel talent pour simplifier les choses.

Surtout on se connait par coeur.

Il a pris mon brief et il a tout compris.

Ce qui a donné le site actuel.

Il a rajouté de la couleur sur les boutons d'action pour donner un peu plus de peps.

Rappelez vous: simplicité + capter des mails !

Podcast, article, site, logo... J'avance.

Je ne sais pas encore comment je vais vivre de tout ça.

Conseil, formation, pubs, conférences...

C'est évidemment beaucoup trop tôt.

Je dois d'abord publié au maximum et voir si je trouve mon audience.

D’ailleurs en parlant de ça, voici les premiers chiffres :).

Les 1er résultats ?

En exclusivité, je vous livre les premiers chiffres après une semaine:

  • Mails captés sur cette newsletter (ma top priorité): 993 (en 1 semaine !).

  • Nb d'écoutes: 236 + les écoutes sur Apple

  • Notes du podcast sur Apple: 6 notes (c'est cool car ça permet d'être bien classé !).

  • Coûts engagés pour le moment : 2300 euros

700 euros pour le 1er jet du podcast + 700 euros pour le 2e jet pour du 1er épisode + 300 euros de matériel + + 300 euros de coaching + frais du désigner

Je vous parlerai des objectifs et des priorités la semaine prochaine et surtout des sous avec les budgets, l'argent dont j'ai besoin.

Je pense aussi vous parler de tous les outils que j’utilise mais ça, c’est pour un autre mardi.

RDV jeudi pour la prochaine lettre où je vous partagerai une histoire :).